Aller au contenu  Aller au menu  Aller à la recherche

Bienvenue - Laboratoire Jacques-Louis Lions

Print this page |
1) LPPR/retraites : Le Laboratoire Jacques Louis Lions soutient la motion du CoNRS (https://www.cnrs.fr/comitenational/struc_coord/cpcn/motions/200117_Motion_LPPR_vf.pdf) (suite...)

Plusieurs postes ouverts au recrutement au Laboratoire Jacques-Louis Lions

Attention postes au fil de l’eau Date limite de candidature : jeudi 5 mars 2020 à 16h

Lien vers les postes

Chiffres-clé

Chiffres clefs

189 personnes travaillent au LJLL

90 permanents

82 chercheurs et enseignants-chercheurs permanents

8 ingénieurs, techniciens et personnels administratifs

99 personnels non permanents

73 doctorants

14 post-doc et ATER

12 émérites et collaborateurs bénévoles

 

Chiffres mars 2019

 

Lieu et heure
En temps normal, le séminaire du Laboratoire Jacques-Louis Lions a lieu
le vendredi de 14h00 à 15h00
Campus Jussieu, Sorbonne Université, 4 place Jussieu, Paris 5ème
barre 15-16, 3ème étage, salle 09 (15-16-3-09)
L’exposé est suivi d’un café accompagné de biscuits
Plan d’accès

 

Pour recevoir (ou ne plus recevoir) chaque mois le programme par courrier électronique,
envoyer un message à
Seminaire-du-LJLL@ann.jussieu.fr

 

Le programme du séminaire, les résumés des exposés et leurs diaporamas sont disponibles sur les pages web
https://www.ljll.math.upmc.fr/fr/seminaires/article/seminaire-du-laboratoire
https://www.ljll.math.upmc.fr/contenu/article/seminaires-de-l-annee-2020
Le séminaire est référencé sur le Portail Math du CNRS

 

Organisateurs du séminaire
Yves Achdou
Fabrice Bethuel
Albert Cohen
Anne-Laure Dalibard
Yvon Maday
François Murat
Benoît Perthame
Emmanuel Trélat

 

Le séminaire du Laboratoire Jacques-Louis Lions, dont le fonctionnement avait été suspendu à partir du jeudi 12 mars 2020 en raison de l’épidémie de Covid 19, a repris à distance le vendredi 15 mai 2020.

Depuis cette date, les exposés sont retransmis par Zoom chaque vendredi de 14h à 15h.

Chaque vendredi, à partir de 13h30, le lien Zoom pour l’exposé du jour est affiché sur les pages web
https://www.ljll.math.upmc.fr/fr/seminaires/article/seminaire-du-laboratoire
https://www.ljll.math.upmc.fr/contenu/article/seminaires-de-l-annee-2020
A partir de la même heure, l’accès à la réunion Zoom est ouvert et le diaporama de l’exposé est disponible sur ces pages. L’exposé commence à 14h.

Quelques conseils :
L’usage de Zoom est très simple ; essayez néanmoins d’accéder à la réunion Zoom quelques minutes avant 14h, en ayant préalablement téléchargé l’application, par exemple à l’adresse https://zoom.us/download ; pensez aussi à effectuer une mise à jour pour pouvoir disposer de Zoom 5.0.2.

Pendant l’exposé, merci de désactiver votre microphone (icône à gauche dans le bandeau du bas).
Merci aussi de ne pas poser de questions pendant l’exposé, mais de les poser après la fin de celui ci ; pour cela, cliquez sur « participants » dans le bandeau du bas, puis, dans la bande horizontale qui apparait, cliquez sur « lever la main », et, sur l’invitation de l’animateur, parlez en maintenant enfoncée la touche « espace » de votre clavier (votre microphone s’éteindra lorsque vous relâcherez cette touche).
Pendant l’exposé vous pouvez feuilleter le diaporama de celui ci (qui est mis en ligne avant l’exposé) si vous souhaitez retrouver une équation, un résultat ou une hypothèse figurant sur une page précédente.


PROGRAMME ET RESUMES DES SEMINAIRES DU MOIS DE MAI 2020


Cliquer ici pour la version pdf du programme du mois de mai 2020 Nouvelle fenêtre

Cliquer ici pour la version pdf des résumés des exposés du mois de mai 2020 Nouvelle fenêtre

  • 15 mai 2020 — 14h00
    Pierre Cardaliaguet (Université Paris Dauphine)
    Passage du micro au macro pour un modèle de trafic routier
    (diaporama de l’exposé 1.2 Mo)Nouvelle fenêtre
    (video de l’exposé)Nouvelle fenêtre
    Résumé : (masquer le résumé)
    L’objectif de ce travail en collaboration avec Nicolas Forcadel (INSA Rouen) est d’obtenir rigoureusement des modèles macroscopiques de flux de trafic routier à partir de modèles microscopiques. Plus précisément, nous considérons des modèles microscopiques de type « follow-the-leader » avec différents types de conducteurs et de véhicules distribués de manière aléatoire sur la route. Nous montrons que la fonction de distribution cumulative converge vers la solution d’une équation de loi de conservation scalaire qui correspond à un modèle macroscopique de type Lighthill-Whitham-Richards.
  • 22 mai 2020 — 14h00
    Bruno Després (Sorbonne Université, Paris)
    Apprentissage automatique, approximation numérique adaptative et méthodes VOF-ML (Volume Of Fluid-Machine Learning)
    (diaporama de l’exposé 9.8 Mo)Nouvelle fenêtre
    (video de l’exposé)Nouvelle fenêtre
    Résumé : (masquer le résumé)
    Les méthodes d’apprentissage automatique (et plus largement l’apprentissage profond et l’intelligence artificielle) font apparaître une pratique nouvelle du calcul scientifique. En effet leur compréhension mathématique et leur utilisation pour la discrétisation d’équations aux dérivées partielles hyperboliques ou paraboliques (voir par exemple Hesthaven 2018, Zaleski 2019) nécessitent d’évaluer ou de réévaluer les fondements de ces méthodes.
    A partir de résultats obtenus récemment, on passera en revue :
    a) un cadre mathématique s’appuyant sur l’approximation numérique adaptative,
    b) des résultats (Yarotsky 2017, Daubechies, DeVore et al. 2019) qui permettent d’évaluer la puissance de la profondeur à partir de la fonction de Takagi,
    c) une application (Després et Jourdren 2020) au transport de fonctions indicatrices avec un nouveau schéma numérique VOF-ML (Volume Of Fluid-Machine Learning) pour les équations d’Euler compressibles.
  • 29 mai 2020 — 14h00
    Lien pour assister à l’exposé :
    https://us02web.zoom.us/j/86737345901?pwd=aGZFWFFJZ1ppdUFVU29QdmZkL2Zadz09
    ID de réunion : 867 3734 5901 ; Mot de passe : 797463
    Roberta Bianchini (Institut pour les Applications du Calcul, Rome)
    About the reflection of some waves in geophysical fluids

    (diaporama de l’exposé partie 1 8.7 Mo)Nouvelle fenêtre

    (diaporama de l’exposé partie 2 7.2 Mo)Nouvelle fenêtre

    (diaporama de l’exposé partie 3 8.0 Mo)Nouvelle fenêtre

    (diaporama de l’exposé partie 4 5.5 Mo)Nouvelle fenêtre
    Résumé : (masquer le résumé)
    We consider a two-dimensional weakly nonlinear Boussinesq system for internal waves in a domain with a sloping boundary. For internal waves, the inclination of the group velocity with respect to the vertical is completely determined by the time frequency. Therefore the reflection on a sloping boundary is singular if the slope has the same inclination as the group velocity.
    We prove that in this critical geometry the weakly viscous and weakly nonlinear wave equations have actually a solution which is well approximated by the sum of the incident wave packet, a reflected second harmonic, and some boundary layer terms. This result confirms the prediction by Dauxois and Young (Journal of Fluid Mechanics 1999) and provides precise estimates on the time of validity of this approximation.
    This is joint work with Anne-Laure Dalibard (Sorbonne Université) and Laure Saint-Raymond (ENS de Lyon).


PROGRAMME ET RESUMES DES SEMINAIRES DES MOIS DE JUIN ET JUILLET 2020


Cliquer ici pour la version pdf du programme des mois de juin et juillet 2020 Nouvelle fenêtre

Cliquer ici pour la version pdf des résumés des exposés des mois de juin et juillet 2020 Nouvelle fenêtre

  • 05 juin 2020 — 14h00
    Yvon Maday (Sorbonne Université, Paris)
    Deux ou trois choses qui sont nées du groupe de travail Maths-4-Covid-19
    Résumé : (masquer le résumé)
    La violence de l’intrusion du virus dans nos vies, et les mesures mises en place, à la hauteur des craintes que l’évolution de la pandémie de Covid-19 a entraînées, ont suscité un grand nombre de questions au sein de la population, des entreprises, des associations et des communautés scientifiques. Dans la nôtre cela s’est manifesté par l’envie de savoir si l’on disposait des bons outils pour comprendre la pandémie et sa progression, et si l’on était capable de développer des instruments permettant d’effectuer des choix pertinents en matière de mesures sanitaires.
    Le groupe de travail Maths-4-Covid-19, qui a commencé à fonctionner dès le 12 mars, s’est donné pour but de faire le point sur les modèles existants et de discuter de travaux en cours. Dans cet exposé je présenterai quelques uns de ceux-ci, ainsi que deux projets d’envergure qui sont nés des échanges au sein du groupe de travail : le projet Obepine d’observatoire sentinelles des eaux usées, et le projet Covid IA portant sur l’utilisation des tests sérologiques pour l’analyse de la contagion au niveau régional.
  • 12 juin 2020 — 14h00
    Volker Mehrmann (Université Technique de Berlin)
    Modeling, simulation and control of multi-physical systems : A change of paradigm
    Résumé : (masquer le résumé)
    Most real world dynamical systems consist of subsystems from different physical domains, modeled by partial differential equations, ordinary differential equations, and algebraic equations, combined with input and output connections. To deal with such complex systems, in recent years the class of dissipative port-Hamiltonian (pH) systems has emerged as a very efficient new modeling methodology. The main reasons are that the network based interconnection of pH systems is again pH, Galerkin projection in PDE discretization and model reduction preserve the pH structure, and the physical properties are encoded in the geometric properties of the flow as well as in the algebraic properties of the equations. Furthermore, dissipative pH systems form a very robust representation under structured perturbations and directly indicate Lyapunov functions for stability analysis.
    We will discuss dissipative pH systems and describe in which way many classical models can be formulated in this class. We will point out some of the nice algebraic properties of these systems, including local canonical forms, the formulation of an associated Dirac structure, and the local invariance under space-time dependent diffeomorphisms.
    We will illustrate the results with a real world example from energy transport.
  • 19 juin 2020 — 14h00
    Virginie Erlacher (Ecole Nationale des Ponts et Chaussées, Marne la Vallée)
    Un schéma aux volumes finis convergent qui préserve la décroissance de l’entropie pour le système de Stefan-Maxwell
    Résumé : (masquer le résumé)
    L’objectif de ce travail en collaboration avec Clément Cancès et Laurent Monasse est de proposer un schéma numérique convergent basé sur une méthode de volumes finis pour le modèle dit de Stefan-Maxwell. Ce modèle décrit l’évolution de la composition d’un système composé de plusieurs espèces (chimiques par exemple), et s’écrit comme un système couplé d’équations de diffusion croisée. Le schéma repose sur une approximation de flux à deux points, et préserve au niveau discret un grand nombre de propriétés fondamentales du modèle au niveau continu, à savoir la positivité des solutions, la conservation de la masse totale de chaque espèce et la préservation des contraintes de volume. Il satisfait de plus une relation entre l’entropie discrète et la dissipation de cette entropie qui est très proche de la relation qui existe au niveau continu entre l’entropie et la dissipation d’entropie. Dans cette présentation, nous présenterons ce schéma et certains éléments de l’analyse de sa convergence, et nous illustrerons son comportement par des résultats numériques.
  • 26 juin 2020 — 14h00
    Helge Holden (Université Norvégienne de Sciences et Technologie, Trondheim)
    The Hunter-Saxton equation with noise
    Résumé : (masquer le résumé)
    The Hunter-Saxton (HS) equation (u_t + u u_x)_x = (u_x)^2 / 2 was derived in 1991 in the context of liquid crystals. The solution of the Cauchy problem for the HS equation develops singularities in finite time for decreasing initial data. At the singularity, the uniqueness of the solution breaks down, and there are several different ways to continue the solution past the break down. After
    surveying some of the properties of the HS equation, we will present recent results regarding the HS equation perturbed by random noise. These results are joint with K.H. Karlsen (Oslo University) and P. Pang (Norwegian University of Science and Technology).
  • 03 juillet 2020 — 14h00
    Jan Hesthaven (Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne)
    Structure preserving reduced order models
    Résumé : (masquer le résumé)
    The development of reduced order models for complex applications promises rapid and accurate evaluation of the output of complex models under parameterized variation with applications to problems which require many evaluations, such as in optimization, control, uncertainty quantification and applications where near real-time response is needed. However, many challenges remain to secure the flexibility, robustness, and efficiency needed for general large scale applications, in particular for nonlinear and/or time-dependent problems.
    After a brief introduction to reduced order models, we discuss the development of methods which seek to conserve chosen invariants for nonlinear time-dependent problems. We develop structure-preserving reduced basis methods for a broad class of Hamiltonian dynamical systems, including canonical problems and port-Hamiltonian problems, before considering the more complex situation of Hamiltonian problems endowed with a general Poisson manifold structure which encodes the physical properties, symmetries and conservation laws of the dynamics.
    Time permitting we also discuss the extension of structure preserving models within a framework for nonlinear reduced order models in which a local basis allows to maintain a small basis even for problems with a slowly decaying Kolmogorov n-width such as transport dominated problems. We shall demonstrate the efficiency of such techniques for nonlinear transport dominated problems.
    This work is done in collaboration with B. Maboudi (University of Stuttgart), C. Pagliantini (Technische Universiteit Eindhoven), N. Ripamonti (Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne).
  • 10 juillet 2020 — 14h00
    Amandine Aftalion (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris)
    Pistes d’athlétisme, course à pied et contrôle optimal
    Résumé : (masquer le résumé)
    Dans deux articles en collaboration avec Emmanuel Trélat, nous proposons un modèle mathématique de contrôle optimal qui permet de comprendre comment un coureur doit gérer son énergie et sa force pour courir le plus rapidement possible en tenant compte le mieux possible des virages. En utilisant le théorème de Dubins, ce modèle permet de démontrer que la forme des pistes d’athlétisme peut être optimisée et que les records actuels du 200 mètres devraient pouvoir être battus. Nous analyserons les différentes pistes actuelles et verrons pourquoi Usain Bolt aime bien Lausanne. Dans un deuxième temps, nous verrons que la course optimale sur des distances plus longues présente un phénomène dit de turnpike et utiliserons la théorie développée par E. Trélat et E. Zuazua pour arriver à un modèle de vitesse simplifiée. Enfin nous présenterons des extensions de ces modèles à la course des chevaux.



Le séminaire du Laboratoire Jacques-Louis Lions, dont le fonctionnement avait été suspendu à partir du jeudi 12 mars 2020 en raison de l’épidémie de Covid 19, a repris à distance le vendredi 15 mai 2020.

Depuis cette date, les exposés sont retransmis par Zoom chaque vendredi de 14h à 15h.

Chaque vendredi, à partir de 13h30, le lien Zoom pour l’exposé du jour est affiché sur les pages web
https://www.ljll.math.upmc.fr/fr/seminaires/article/seminaire-du-laboratoire
https://www.ljll.math.upmc.fr/contenu/article/seminaires-de-l-annee-2020
A partir de la même heure, l’accès à la réunion Zoom est ouvert et le diaporama de l’exposé est disponible sur ces pages. L’exposé commence à 14h.

Quelques conseils :
L’usage de Zoom est très simple ; essayez néanmoins d’accéder à la réunion Zoom quelques minutes avant 14h, en ayant préalablement téléchargé l’application, par exemple à l’adresse https://zoom.us/download ; pensez aussi à effectuer une mise à jour pour pouvoir disposer de Zoom 5.0.2.

Pendant l’exposé, merci de désactiver votre microphone (icône à gauche dans le bandeau du bas).
Merci aussi de ne pas poser de questions pendant l’exposé, mais de les poser après la fin de celui ci ; pour cela, cliquez sur « participants » dans le bandeau du bas, puis, dans la bande horizontale qui apparait, cliquez sur « lever la main », et, sur l’invitation de l’animateur, parlez en maintenant enfoncée la touche « espace » de votre clavier (votre microphone s’éteindra lorsque vous relâcherez cette touche).
Pendant l’exposé vous pouvez feuilleter le diaporama de celui ci (qui est mis en ligne avant l’exposé) si vous souhaitez retrouver une équation, un résultat ou une hypothèse figurant sur une page précédente.


 

Pour voir les programmes et les résumés des années précédentes, consulter