Aller au contenu  Aller au menu  Aller à la recherche

Bienvenue - Laboratoire Jacques-Louis Lions

Partenariats

CNRS

UPMC

UPMC
Print this page |

Postes Enseignants-Chercheurs :

Cliquer sur : Operation POSTES sur le site de la SMAINouvelle fenêtre

Cliquer sur : GALAXIENouvelle fenêtre

 

Cliquer sur : les postes ouverts au Laboratoire Jacques-Louis Lions en 2017

 

 » En savoir +

Chiffres-clé

Chiffres clefs

217 personnes travaillent au LJLL

83 personnels permanents

47 enseignants chercheurs

13 chercheurs CNRS

9 chercheurs INRIA

2 chercheurs CEREMA

12 ingénieurs, techniciens et personnels administratifs

134 personnels non permanents

85 doctorants

16 post-doc et ATER

5 chaires et délégations

12 émérites et collaborateurs bénévoles

16 visiteurs

 

Chiffres janvier 2014

 

Séminaire du LJLL : L. Baratchart

13 février 2015 — 14h00
Laurent Baratchart (Inria Sophia Antipolis)
Problèmes non strictement elliptiques avec coefficients exp(W^1,2) dans le plan

Résumé

 Le problème de Dirichlet homogène pour une équation du type div(\sigma \nabla u) = 0 sur un ouvert \Omega \subset R^n a été abondamment étudié lorsque la conductivité \sigma est strictement elliptique : 0 < c < \sigma < C < + \infty. Le cas de données appartenant à L^p(\partial \Omega), où \partial \Omega désigne le bord de \Omega supposé lisse ou même Lipschitz-régulier, a notamment donné lieu à plusieurs développements visant à affaiblir les hypothèses de régularité sur \sigma, cf. par exemple les travaux de Kenig-Pipher, Kenig-Koch-Pipher-Toro, Verchota-Vogel, Auscher-Axelson, Auscher-McIntosh-Mourgoglou et d’autres.
 Nous nous intéresserons ici à une situation dans le plan (i.e. n = 2) où \sigma n’est pas strictement elliptique. Nous exploiterons le fait que, sur un domaine plan, un lien étroit existe entre les solutions de div(\sigma \nabla u) = 0 et les fonctions pseudo-holomorphes, i.e. les w vérifiant \bar \partial w = \alpha \bar w. Plus précisément, si v est la conjuguée généralisée de u, alors w = \sigma^1/2 u + i \sigma^-1/2 v est pseudo-holomorphe avec \alpha = \bar \partial \log \sigma^1/2. Ce lien nécessite une certaine différentiablilité de \sigma, mais n’impose pas l’ellipticité stricte dès lors que \log \sigma appartient à un espace de Sobolev W^1,r (\Omega) avec r \leq 2. Nous montrerons comment la théorie pseudo-holomorphe de Bers-Vekua, initialement développée pour r > 2, se généralise pour partie au cas r = 2 et nous en déduirons le caractère bien posé, dans des classes de Hardy généralisées, du problème de Dirichlet sur un ouvert assez régulier du plan avec données dans l’espace pondéré L^p(\partial \Omega, \sigma^p/2) lorsque \sigma \geq 0 et \log \sigma \in W^1,2 (\Omega). Pour de telles solutions, les estimés non-tangentiels ne sont pas nécessairement valides et les solutions peuvent être localement non bornées.