Aller au contenu  Aller au menu  Aller à la recherche

Bienvenue - Laboratoire Jacques-Louis Lions

Partenariats

CNRS

UPMC

UdP
Print this page |
5 postes ATER en mathématiques à Sorbonne Université
date limite le 5 avril à 16h
Détails ici

Chiffres-clé

Chiffres clefs

189 personnes travaillent au LJLL

90 permanents

82 chercheurs et enseignants-chercheurs permanents

8 ingénieurs, techniciens et personnels administratifs

99 personnels non permanents

73 doctorants

14 post-doc et ATER

12 émérites et collaborateurs bénévoles

 

Chiffres mars 2019

 

Séminaire du LJLL : D. Smets

06 février 2015 — 14h00

Didier Smets (Université Pierre et Marie Curie Paris VI)
Le phénomène saute-mouton en mécanique des fluides

Résumé

 L’analyse mathématique de l’évolution de tubes de vorticité arbitraires en mécanique des fluides classiques ou quantiques demeure largement à faire. Le cas particulier des anneaux de vorticité, plus simple du fait de la réduction en symétrie cylindrique, a pu être abordé déjà par Helmholtz puis Kelvin à la fin du 19ème siècle, et a été abondamment étudié depuis. Le premier avait ainsi décrit, sans toutefois réussir à l’observer, un phénomène d’interaction entre anneaux, dit de saute-mouton (ou plutôt de saute-grenouille...), que certains sont aujourd’hui à même de reproduire en laboratoire.
 Dans cet exposé, je commencerai par rappeler la problématique historique avant de discuter deux travaux en cours, en collaboration avec R.L. Jerrard (pour les fluides quantiques) et E. Miot et P. Gravejat (pour les fluides classiques), ayant pour but la justification mathématique de ces observations.