Aller au contenu  Aller au menu  Aller à la recherche

Bienvenue - Laboratoire Jacques-Louis Lions

Partenariats

CNRS

UPMC

UdP
Print this page |
5 postes ATER en mathématiques à Sorbonne Université
date limite le 5 avril à 16h
Détails ici

Chiffres-clé

Chiffres clefs

189 personnes travaillent au LJLL

90 permanents

82 chercheurs et enseignants-chercheurs permanents

8 ingénieurs, techniciens et personnels administratifs

99 personnels non permanents

73 doctorants

14 post-doc et ATER

12 émérites et collaborateurs bénévoles

 

Chiffres mars 2019

 

2013-GdT ITER - S. Labrunie & O. Lafitte

 

Simon Labrunie (Nancy) et OLIVIER LAFITTE (Paris XIII)

Jeudi 21 juin

Titre :
  • "Simulation full-wave du chauffage de plasma"
    (S. Labrunie)
  • Analyse des caustiques de type pli pour l’équation des ondes dans les
    plasmas ainsi que pour l’équation des ondes de détonation de
    Zeldovich-Von Neumann-Doring (d’après Benamou Lafitte Sentis Solliec
    et Lafitte Williams Zumbrun) (O. Lafitte)

 

Abstract :
  • Nous présentons les fondements physiques de la modélisation "full-wave" de la propagation dans un plasma fortement magnétisé d’ondes électromagnétiques de fréquence voisine de la fréquence hybride basse. Cette situation correspond au chauffage d’un plasma de tokamak par des micro-ondes.
    L’exposé est articulé autour de deux thématiques : la démonstration de la bonne position des diverses formulations des équations en lien avec les propriétés diélectriques du plasma, et l’étude de l’"accessibilité" ou efficacité de la pénétration de l’onde dans le plasma. (S. Labrunie)
  • Nous considérons d’une part une équation de Helmholtz dans un milieu
    à indice variable N(x) et le système linéaire des équations
    hyperboliques obtenues par perturbation des équations de
    l’hydrodynamique radiative. Les deux problèmes se ramènent à l’étude
    d’un problème de caustique de type pli, qui apparait quand la matrice du
    système sous-jacent admet un point de croisement de deux valeurs
    propres avec dégénérescence des espaces propres.

    Dans les deux cas, l’analyse conduit, dans le cas général, à l’équation de fonction spéciales favorites de Georges Bidel Airy. (O. Lafitte)