Aller au contenu  Aller au menu  Aller à la recherche

Bienvenue - Laboratoire Jacques-Louis Lions

Print this page |

Postes Enseignants-Chercheurs :

Cliquer sur : Operation POSTES sur le site de la SMAINouvelle fenêtre

Cliquer sur : GALAXIENouvelle fenêtre

 

Cliquer sur : les postes ouverts au Laboratoire Jacques-Louis Lions en 2017

 

 » En savoir +

Chiffres-clé

Chiffres clefs

217 personnes travaillent au LJLL

83 personnels permanents

47 enseignants chercheurs

13 chercheurs CNRS

9 chercheurs INRIA

2 chercheurs CEREMA

12 ingénieurs, techniciens et personnels administratifs

134 personnels non permanents

85 doctorants

16 post-doc et ATER

5 chaires et délégations

12 émérites et collaborateurs bénévoles

16 visiteurs

 

Chiffres janvier 2014

 

GT CalVa D VICENTE

Lundi 24 avril 2017

David VICENTE (Université de Graz)

Un résultat de reconstruction exacte pour TV sous une contrainte de type EDP

Résumé : Cet exposé traite du problème suivant : comment reconstruire une fonction lorsque l’on sait que celle-ci est constante par morceaux et qu’elle est la solution d’une certaine EDP sans condition aux bords. Comme un opérateur différentiel sans condition aux bords n’est généralement pas inversible, ce problème est mal posé. Cependant, si nous supposons que la solution est à variation bornée, alors ce problème admet une solution unique qui est donnée par la minimisation de la variation totale parmi l’ensemble des solutions de cette EDP. Ceci est établi sous l’hypothèse que l’espace des sauts doit satisfaire une certaine condition géométrique et, afin de prouver que celle-ci n’est pas trop restrictive, nous démontrons qu’elle est satisfaite presque partout par rapport à l’orientation du domaine dans l’espace. La preuve de ces résultats nous ont conduit à généraliser la notion de front d’onde, classique au sens des espaces de Sobolev, à l’espace des fonctions à variation bornée. Enfin, pour illustrer leur intérêt pratique, nous montrerons qu’ils peuvent s’appliquer à une nouvelle technique d’imagerie par résonance magnétique, Quantitative Susceptibility Mapping, qui consiste en la résolution d’un problème inverse de ce type.
Ceci est un travail en collaboration avec Kristian Bredies, de l’Université de Graz (Autriche).