Aller au contenu  Aller au menu  Aller à la recherche

Bienvenue - Laboratoire Jacques-Louis Lions

Postes Enseignants-Chercheurs :

Cliquer sur : Operation POSTES sur le site de la SMAINouvelle fenêtre

Cliquer sur : GALAXIENouvelle fenêtre

 

Cliquer sur : les postes ouverts au Laboratoire Jacques-Louis Lions en 2017

 

» En savoir +

Chiffres-clé

Chiffres clefs

217 personnes travaillent au LJLL

83 personnels permanents

47 enseignants chercheurs

13 chercheurs CNRS

9 chercheurs INRIA

2 chercheurs CEREMA

12 ingénieurs, techniciens et personnels administratifs

134 personnels non permanents

85 doctorants

16 post-doc et ATER

5 chaires et délégations

12 émérites et collaborateurs bénévoles

16 visiteurs

 

Chiffres janvier 2014

 

Claire David : Sciences de l’éducation

 Le contexte

 

A leur arrivée à l’Université, les nouveaux
bacheliers se retrouvent confrontés à un monde complètement nouveau :
pluralité d’UE par matières, amphithéâtres de cours, flux considérable
d’étudiants, etc … qui font que, souvent, 
ils sont perdus et éprouvent du mal à suivre l’enseignement qui leur est
proposé.

Sur le plan pédagogique, il s’agit, pour
nous, enseignants, d’assurer la transmission de connaissances, de façon
coordonnée, à grande échelle.

 

Ce qui a été fait

 

Dans notre UE d’Algèbre I – Calcul
vectoriel, à l’aide de la plate-forme numérique Sakaï, nous avons mis en place :

 

¤ dans un premier temps, et de façon assez
« classique », la constitution d’une base de données numérique à
destination des étudiants : plan détaillé du cours,

énoncés des travaux
dirigés, communs à toutes les sections
suivant l’UE, archives de devoirs et d’examen, ainsi que leurs corrigés ;

¤ la mise à disposition d’exercices
interactifs et auto-correctifs mis en place par nos collègues Pierre Jarraud et
Claire Cazes ;

¤ le suivi pédagogique individualisé par
étudiant : chaque étudiant est inscrit automatiquement sur Sakaï ;
grâce à l’outil « Bulletin de notes », les chargés de TD saisissent directement les
notes d’interrogation de cours et de devoirs ; nous saisissons aussi la
note d’examen. Chaque étudiant a ainsi accès à l’ensemble de ses

notes en se
connectant ; de notre côté, il nous est possible de suivre, groupe de TD
par groupe de TD, la progression de chaque étudiant, et, en cas de situation d’échec, de voir avec lui les mesures pour y remédier .

¤ Nous avons aussi automatisé le traitement
des notes pour l’ensemble des étudiants suivant l’UE (entre 500 et 750 par
semestre).

 

Les résultats

 

Au fur et à mesure de l’intensification de
notre utilisation de l’outil Sakaï, nous avons noté :

 

¤ un regain d’intérêt des étudiants ;

¤ de meilleurs résultats au cours du semestre ;

¤ une très forte progression des résultats à
l’examen terminal ( de 30 % de réussite à 70 %).

 

 

L’étudiant ne se sent plus
« seul » face à un cours magistral et un TD qu’il croit déconnecté.
Il dispose d’un outil numérique de travail, que les statistiques nous montrent
comme beaucoup utilisé. Il est remotivé !

 

Les transparents de l’exposé au Colloque EuroSakaï 2013.Nouvelle fenêtre