Aller au contenu  Aller au menu  Aller à la recherche

Bienvenue - Laboratoire Jacques-Louis Lions

Postes Enseignants-Chercheurs :

Cliquer sur : Operation POSTES sur le site de la SMAINouvelle fenêtre

Cliquer sur : GALAXIENouvelle fenêtre

 

Cliquer sur : les postes ouverts au Laboratoire Jacques-Louis Lions en 2017

 

» En savoir +

Chiffres-clé

Chiffres clefs

217 personnes travaillent au LJLL

83 personnels permanents

47 enseignants chercheurs

13 chercheurs CNRS

9 chercheurs INRIA

2 chercheurs CEREMA

12 ingénieurs, techniciens et personnels administratifs

134 personnels non permanents

85 doctorants

16 post-doc et ATER

5 chaires et délégations

12 émérites et collaborateurs bénévoles

16 visiteurs

 

Chiffres janvier 2014

 

GdT Thésards: B. Fabrèges

 

Méthode d’ordre optimal pour la simulation de particules rigides immergées

 

Dans cet exposé, nous présentons une méthode permettant de simuler le mouvement de particules rigides immergées dans un fluide de Stokes incompressible. On considère un domaine perforé dans lequel on veut résoudre les équations de Stokes incompressible sous la contrainte de mouvement rigide sur le bord des trous (qui représentent les particules rigides) avec une méthode d’éléments finis. Mailler de façon conforme à chaque pas de temps permet d’obtenir une erreur d’approximation d’ordre optimal mais peut devenir coûteux en 3D avec un grand nombre de particules et empêche l’utilisation de solveur rapide comme la FFT par exemple. A l’inverse une méthode de type domaine fictif permet d’avoir un maillage fixe mais suivant la méthode utilisée pour imposer la contrainte de mouvement rigide, on peut perdre l’ordre optimal de l’erreur en espace. C’est le cas avec une méthode de pénalisation ou de multiplicateur de Lagrange classique par exemple.
La méthode exposée est de type domaine fictif et permet d’avoir les avantages des méthodes précédentes : on utilise un maillage cartésien permettant d’utiliser des solveurs rapides tout en gardant l’ordre optimal sur l’erreur d’approximation. De plus, contrairement à la pénalisation, l’opérateur ne change pas au cours du temps ce qui permet d’effectuer des factorisations hors ligne de la matrice (LU par exemple) et de les utiliser durant la simulation.
Pour prendre en compte la contrainte de mouvement rigide, on cherche un prolongement régulier de la solution du problème de départ. Pour cela, on résout les équations de Stokes incompressible dans le domaine fictif avec un prolongement du terme source choisit de façon à obtenir la solution du problème de départ en prenant la restriction de la solution calculée sur le domaine perforé.
Tout le problème revient donc à trouver un tel prolongement du terme source. On le trouve en minimisant une fonction coût avec un algorithme de gradient conjugué. A chaque itération du gradient conjugué, il faut résoudre deux fois les équations de Stokes incompressible classique sur le domaine fictif. La matrice reste donc la même au cours du temps et correspond à la matrice d’un problème de Stokes classique sur un maillage cartésien, seul le terme source change.
Nous présentons donc la méthode en détails ainsi que l’algorithme utilisé pour résoudre le problème. Nous présenterons ensuite le code de calcul permettant d’obtenir les simulations numériques.