Aller au contenu  Aller au menu  Aller à la recherche

Bienvenue - Laboratoire Jacques-Louis Lions

Print this page |
5 postes ATER en mathématiques à Sorbonne Université
date limite le 5 avril à 16h
Détails ici

Chiffres-clé

Chiffres clefs

189 personnes travaillent au LJLL

90 permanents

82 chercheurs et enseignants-chercheurs permanents

8 ingénieurs, techniciens et personnels administratifs

99 personnels non permanents

73 doctorants

14 post-doc et ATER

12 émérites et collaborateurs bénévoles

 

Chiffres mars 2019

 

GTMN - F. Pellegrini

 Défis actuels pour le partitionnement parallèle de très grands graphes

 


Le partitionnement de graphes est une technique utilisée dans de nombreux domaines scientifiques. Elle est utilisée pour résoudre des problèmes d’optimisation modélisés sous forme de graphes, pour lesquels l’obtention de donnes solutions revient à calculer, éventuellement de façon récursive, des coupes de sommet ou arête de petite taille qui équilibrent les poids des parties qu’elles séparent. Du fait de l’augmentation continuelle de la taille des problèmes à traiter, le recours au parallélisme est nécessaire pour pouvoir partitionner les grands graphes, dont la taille actuelle dépasse le milliard de sommets. L’arrivée sur le marché de machines massivement parallèles à l’architecture non uniforme (NUMA) représente un nouveau défi pour les concepteurs de logiciels de partitionnement, car la topologie de ces machines doit maintenant être prise en compte afin de minimiser efficacement les communications. Le projet Scotch, mené au sein de l’équipe Bacchus de L’INRIA Bordeaux - Sud-Ouest, étudie l’algorithmique séquentielle et parallèle du partitionnement de graphes, afin de fournir un logiciel parallèle efficace de partitionnement et de placement statique de processus sur architectures parallèles hétérogènes. Nous présenterons l’état actuel de nos recherches et développements, en montrant quelles sont les barrières à lever afin de pouvoir placer efficacement des graphes à plus d’un billion (français, c’est-à-dire 1012) de sommets sur une architecture à un million d’éléments de calcul.

Mise à jour
C.David - 29/09/17