Aller au contenu  Aller au menu  Aller à la recherche

Bienvenue - Laboratoire Jacques-Louis Lions

Print this page |

Postes Enseignants-Chercheurs :

Cliquer sur : Operation POSTES sur le site de la SMAINouvelle fenêtre

Cliquer sur : GALAXIENouvelle fenêtre

 

Cliquer sur : les postes ouverts au Laboratoire Jacques-Louis Lions en 2017

 

 » En savoir +

Chiffres-clé

Chiffres clefs

217 personnes travaillent au LJLL

83 personnels permanents

47 enseignants chercheurs

13 chercheurs CNRS

9 chercheurs INRIA

2 chercheurs CEREMA

12 ingénieurs, techniciens et personnels administratifs

134 personnels non permanents

85 doctorants

16 post-doc et ATER

5 chaires et délégations

12 émérites et collaborateurs bénévoles

16 visiteurs

 

Chiffres janvier 2014

 

Séminaire du LJLL - 19 01 2018 14h00 : D. Peurichard

Diane Peurichard (Sorbonne Université, Paris)
Modélisation de réseaux dynamiques : passage des modèles agent-centrés aux EDPs

Résumé
Dans cet exposé nous étudions la dérivation de modèles macroscopiques et cinétiques (EDPs) à partir de modèles microscopiques (agents-centrés) pour des réseaux complexes de particules interconnectées. Le modèle agent-centré met en jeu des particules (disques) pouvant se lier ou se délier, aléatoirement en temps, avec leur proches voisines en créant des ressorts de longueur d’équilibre fixe. Nous dérivons formellement un modèle cinétique à partir de la dynamique microscopique et nous obtenons un système de deux équations : l’une pour la densité locale de particules individuelles et l’autre pour la densité de paires de particules liées. En passant à la limite grande échelle et sous certaines hypothèses d’échelle, nous obtenons une équation d’agrégation-diffusion, dont l’analyse de stabilité (linéaire et non linéaire) donne des critères précis pour les transitions de phases observées sur les états d’équilibre en fonction des paramètres du modèle. La comparaison numérique du modèle agent-centré avec le modèle macroscopique montre une très bonne correspondance entre les deux formulations, permettant de valider la dérivation formelle. Ce modèle est par la suite étendu au cas de deux espèces permettant d’étudier la formation d’agrégats cellulaires dans les systèmes biologiques.