Aller au contenu  Aller au menu  Aller à la recherche

Bienvenue - Laboratoire Jacques-Louis Lions

Print this page |
1) LPPR/retraites : Le Laboratoire Jacques Louis Lions soutient la motion du CoNRS (https://www.cnrs.fr/comitenational/struc_coord/cpcn/motions/200117_Motion_LPPR_vf.pdf) (suite...)

Plusieurs postes ouverts au recrutement au Laboratoire Jacques-Louis Lions

Attention postes au fil de l’eau Date limite de candidature : jeudi 5 mars 2020 à 16h

Lien vers les postes

Chiffres-clé

Chiffres clefs

189 personnes travaillent au LJLL

90 permanents

82 chercheurs et enseignants-chercheurs permanents

8 ingénieurs, techniciens et personnels administratifs

99 personnels non permanents

73 doctorants

14 post-doc et ATER

12 émérites et collaborateurs bénévoles

 

Chiffres mars 2019

 

Séminaire du LJLL - 13 11 2020 14h00 : H. Bahouri

Hajer Bahouri (Sorbonne Université, Paris)
Sur l’équation de Schrödinger non linéaire cubique avec dérivée
Résumé
Dans ce travail en collaboration avec Galina Perelman, nous nous sommes intéressées à la question de l’existence globale pour l’équation de Schrödinger non linéaire cubique avec dérivée sur la droite réelle. Cette équation, dite DNLS, est apparue dans les années 1980 dans l’étude des régimes asymptotiques de la propagation des ondes d’Alfvén dans des plasmas magnétisés. La question de l’existence locale pour cette équation est bien comprise depuis deux décennies dans l’échelle des espaces de Sobolev : l’équation est localement bien posée dans H^s pour s ≥ 1/2. Par contre, la question de l’existence globale n’était pas complètement réglée : les meilleurs résultats connus à ce jour concernaient ou bien des données de Cauchy dans H^1/2 avec une masse strictement inférieure à 4 π, ou bien des données générales dans l’espace de Sobolev à poids H^(2, 2). Dans ce travail, en alliant les techniques de décomposition en profils avec la structure intégrable de l’équation, nous avons établi l’existence globale pour toute donnée dans H^1/2, ce qui résout le problème dans l’échelle des espaces de Sobolev, puisqu’il est bien connu que l’équation DNLS est mal posée dans H^s si s < 1/2.